Je ne sais plus d’où cette idée m’est venue, mais j’étais dans une période de grande réflexion sur la féminité, et m’est apparue l’idée qu’il y avait plusieurs « femmes » ou « personnes » en moi, et j’ai eu envie de faire une sorte de cartographie/météo de ces femmes, qui vivent à l’intérieur de moi.

Je les portais en moi depuis si longtemps, qu’il m’a suffit de quelques minutes pour les accoucher, dans un étonnant moment de lâcher-prise et d’euphorie. Une fois nées, je les ai contemplées et je fus soulagée de voir que je n’étais ni folle ni schizofrène :

J’ai eu envie de montrer mon dessin, comme un besoin enfantin, spontané et instinctif. Car enfin tout s’éclaircissait, je rencontrais ces femmes qui font partie de moi mais qu’il est parfois difficile d’assumer toutes, tant on cherche à nous faire rentrer dans une et une seule personnalité. 

J’ai songé que je n’étais sans doute pas seule à ressentir ça, et surtout que ces femmes en nous sont plus ou moins importantes / en épanouissement / en peine au cours de notre existence, et qu’il serait intéressant de voir les femmes des femmes de mon entourage. J’ai donc partagé mes Matriochkas avec mes amies les plus intimes et je leur ai proposé de se prêter à l’exercice : je me suis rendue compte que pour chacune, ce projet bizarre raisonnait en elles, et que chacune pouvait y répondre à sa manière. 

J’en ai donc conclu que cette étonnante intuition et envie d’accoucher mes différentes Matriochkas, de voir qui vit à l’intérieur de moi, pouvait être partagée par d’autres femmes et hommes ? C’est comme ça qu’est né ce projet hybride : un ovni qui grandira grâce à la contribution de chacune.

Mon projet

Questionner la féminité

Je ne saurais la définir, mais j’ai l’intime conviction que c’est autre chose que le mythe de la femme fatale ou de la mère courage, une taille 36 inaccessible, le romantisme qu’on nous vend, ou encore la working girl des magazines…
picto 14

Rendre visible notre dedans
(#l’envers du selfie)

Au delà de notre âge, notre physique, notre apparence, la couleur de notre peau, à l’intérieur de nous il y a autre chose. J’ai voulu d’abord, pour moi-même voir cet « autre chose ». Comme un miroir qui te donne à regarder ce que personne ne voit. Voilà c’est ça le but de ce projet : proposer une manière différente de se regarder, permettre de cartographier les habitant(e)s de notre pays intime.

picto 15

Créer une oeuvre hybride et universelle
(#l’union fait la forme)

Chaque réponse singulière, nous permettra peut-être de nous éloigner des clichés, de prendre de la hauteur par rapport aux questions de féminité, de genre, et d’apparence. Je ne propose ici ni un test psychologique ni un exercice de développement personnel, mais j’invite plutôt à participer à une aventure artistique polymorphe et mouvante : je cherche l’expérimentation et l’accumulation de réponses singulières !

Toi aussi, fais tes Matriochkas !